• 21 SEP 13
    • 0
    La chirurgie ambulatoire en chirurgie esthétique : le cas de l’augmentation mammaire

    La chirurgie ambulatoire en chirurgie esthétique : le cas de l’augmentation mammaire

    Chirurgie ambulatoire

    Chirurgie ambulatoire

     

    À l’heure où la chirurgie ambulatoire (ou hospitalisation d’une journée pour une intervention chirurgicale) est présentée comme une solution pour limiter le déficit de la sécurité sociale, l’exemple de l’augmentation mammaire nous semble intéressant. Les contraintes de coût ont toujours été tres présentes en chirurgie esthétique car le patient paie tous les frais liés à son acte chirurgical.
    Ainsi, la chirurgie esthétique a été une des premières spécialités à développer la chirurgie ambulatoire notamment pour les interventions les moins douloureuses comme la chirurgie esthétique des paupières ou le Lifting Cervico-Facial.
    L’augmentation mammaire par implants en silicone était réputée être une intervention très douloureuse et n’était, il y a 10 ans, pratiquement jamais réalisée en chirurgie ambulatoire. La patiente restait même hospitalisée 2 ou 3 jours pour recueillir un excès de sang par les drains.

    Plusieurs évolutions dans les techniques ont permis de proposer cette chirurgie en ambulatoire dans plus de 70 % des cas :

    – amélioration des techniques anesthésiques avec l’utilisation de drogues s’évacuant rapidement de l’organisme. Le réveil complet et la possibilité de déambulation sont ainsi obtenus moins d’une heure après la fin de l’intervention

    – l’utilisation d’un bloc nerveux pré-opératoire ou PEC-Block. L’anesthésiste va sous contrôle échographique anesthésier les racines nerveuses du muscle pectoral et permettre une diminution forte de la douleur pendant les 20 heures qui suivent l’intervention.

    – amélioration du traitement de la douleur avec une utilisation systématique des anesthésiques locaux et des anti-inflammatoires permettant de diminuer des doses de morphine et ainsi de limiter les phénomènes de nausées et vomissements.

    – coagulation pas à pas de vaisseaux sanguins (auparavant les chirurgiens opéraient « au doigt » sans coaguler les vaisseaux) permettant ainsi d’éviter les saignements post-opératoires et la pose de drains de Redon

    – utilisation plus fréquente de prothèses anatomiques recouvertes de mousse de polyuréthane permettant un résultat plus naturel même devant le muscle. Ainsi nous plaçons la prothèse devant le muscle dans un plan sous-fascial dans plus de 75% de nos cas. La douleur est très faible évaluée par nos patientes à moins de 3 sur 10 dans 80 % des cas.

    Nous pensons que toutes ces évolutions représentent un grand bénéfice pour les patientes, à la fois en terme de qualité des soins mais aussi en terme de coût. Nous pouvons ainsi proposer une augmentation mammaire en chirurgie ambulatoire pour un tarif débutant à 4000 €.

     

     

     

     

     

     

     

    Leave a reply →