Prothèses ou implants mammaires – Composition

Un implant mammaire en silicone est un dispositif médical de classe III c’est à dire destiné à l’implantation définitive dans le corps humain. Il doit obtenir un marquage CE et pour être utilisé en France, doit être inscrit sur le registre LPPR de l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Il doit faire l’objet d’une traçabilité et d’une matériovigilance.
Le principe d’une prothèse mammaire est le même quelque soit le type d’implant. Il est composé d’une enveloppe de 3 couches de silicone médicale, dont les caractéristiques peuvent varier, remplie de gel de silicone, d’eau ou d’Hydrogel.

 

Les différents types de d’implants mammaires

On classe les prothèses mammaires selon leur produit de remplissage, les caractéristiques de leur enveloppe, et leur forme.

Les différents types de produit de remplissage.

Prothèses mammaires remplies de sérum physiologique

Ce sont des prothèses mammaires extrêmement sures qui ont été utilisées exclusivement en France de 1997 à 2001. Aujourd’hui, elles représentent moins de 5 % des poses en France. Leur forme est forcément ronde, et leur enveloppe obligatoirement lisse. Le sérum physiologique est injecté par une valve de remplissage pendant l’intervention. Ceci permet d’insérer la prothèse mammaire vide par une cicatrice de moins de 2 cm. Ses avantages principaux sont l’innocuité de son produit de remplissage et le fait que tout usure de la prothèse va immédiatement être diagnostiqué (apparition de plis ou dégonflage total de l’implant). Cependant, elles présentent certains inconvénients :

–          impossibilité d’avoir une forme anatomique

–          toucher légèrement moins naturel que le gel de silicone

–          possibilité d’un dégonflement brutal, éventuellement en vacances sans possibilité de changement de l’implant

–          une durée de vie moyenne inférieure du fait d’une fragilité de l’implant au niveau de la valve de remplissage

Prothèses mammaires remplies d’Hydrogel

L’hydrogel est un produit de remplissage composé de 95% d’eau et 5 % de cellulose qui permet une polymérisation de l’eau en gel. Ce produit est totalement inoffensif en cas de rupture, ce qui le rapproche du sérum physiologique. Le laboratoire Arion est le seul à proposer ce type de gel de remplissage. Un de ses problèmes est la possibilité d’une augmentation brutale de volume du sein en cas de rupture, la cellulose absorbant l’eau du corps de la patiente.

Prothèses mammaires remplies de gel de silicone

Trempage prothèse mammaire Il s’agit des implants mammaires les plus utilisés dans le monde. Leur enveloppe est constituée de 3 couches d’élastomère de silicone. Pour cela, un moule d’une forme spécifique est trempé plusieurs fois par des silicones spécifiques.
Une couche barrière anti-perspiration est insérée entre les 2 couches externes et internes. Barrière - Prothèse mammaire
Prothèse mammaire - Contrôle Une fois l’enveloppe fabriquée, de nombreuses vérifications sont effectuées, notamment sur l’homogénéité de l’épaisseur de l’enveloppe.
L’orifice laissé par le mandrin du moule est occlus par un patch. Patch de prothèse mammaire
Remplissage de prothèses mammaires Puis le gel de silicone est injecté dans l’enveloppe sous forme liquide.

Le silicone médical injecté est fourni par un des 2 fabricants de gel validés par la FDA américaine Nusil ou Applied Silicon. En fin de remplissage, un catalyseur est ajouté. Puis l’implant mammaire est chauffé pour permettre une polymérisation du gel. Nous avons une nette préférence pour le gel responsif proposé par Applied Silicon. Celui-permet un effet à mémoire de forme et évite les plis dans le haut de la prothèse. Il possède aussi une résistance à l’étirement très élevé qui évite toute fracture du gel lors de l’insertion de l’implant.

Il s’agit donc d’un gel et non de silicone liquide qui remplit la prothèse. S’il existe une rupture de l’enveloppe, le gel ne va pas se répandre dans l’organisme et va rester cohésif.

Cette conception complexe et pointue explique les avantages et les inconvénients des implants mammaires pré-remplies de gel de silicone. Concernant les avantages on retient :

– la possibilité d’utiliser des formes anatomiques

– un toucher plus naturel sans plis

– une durée de vie supérieure aux implants remplis de sérum du fait de l’absence de valve de remplissage

Pour les inconvénients, on doit noter :

– la nécessité de réaliser une cicatrice plus longue (entre 3 et 6 cm selon le volume de l’implant)

– Une surveillance plus difficile de l’intégrité de la membrane de l’implant : en effet, l’implant ne se dégonfle pas et une rupture peut passer inaperçue à l’examen clinique.

– La possibilité d’une migration du silicone en cas de rupture inaperçue

 

Nous réalisons plus de 95 % de nos cas d’implants mammaires avec des prothèses pré-remplies de gel de silicone. Leur durée de vie moyenne est plus longue, cependant nous recommandons un examen clinique annuel et une IRM annuelle tous les 3 ans à partir de 10ème année post-opératoire afin de dépister des ruptures asymptomatiques.

 

Les différents types de texturation d’enveloppe des implants mammaires

L’enveloppe de la prothèse mammaire est l’interface entre l’implant et votre organisme. Selon le type d’enveloppe, votre corps va réagir de façon différente à l’implant. Ce point est essentiel dans l’apparition du phénomène de coque ou contracture capsulaire.

Il existe deux types de coques :

– Les coques tardives (entre 5 et 25 ans après l’intervention) qui sont liées à une usure de l’enveloppe de silicone et/ou à une rupture de l’implant. Le silicone dégradé va provoqué une inflammation locale, durcir le sein et aboutir à une coque.

– Les coques précoces (dans les 6 mois qui suivent l’intervention). Elles sont liées à la prolifération de bactéries colonisant la peau et/ou la glande mammaire autour de la prothèse (on appelle cela le Biofilm). Ces bactéries prolifèrent si elles sont entrées en grande quantité, il existe une accumulation de sang autour de la prothèse, et la réaction inflammatoire autour de l’implant est faible.

 

Avec des enveloppes lisses

Les prothèses mammaires lisses sont les premières prothèses mises sur le marché. Les prothèses remplies de sérum physiologiques ne sont disponibles qu’avec ce type d’enveloppe. Les implants mammaires lisses n’existent qu’en forme ronde. Elles ont pour avantages :

– La possibilité de les mettre en place par une petite incision.

– une enveloppe peu épaisse donc peu palpable.

– Une réaction post opératoire autour de l’implant très faible

 

Leur inconvénient principal est expliqué par ce dernier point. Comme la réaction inflammatoire post opératoire est très limitée, les globules blancs n’éliminent pas le biofilm autour de la prothèse et ceci aboutit à un taux de coque précoce de pratiquement 10%. Ceci est particulièrement fréquent en cas de cicatrice autour de l’aréole qui nécessite de coupe la glande mammaire en deux et libère le biofilm des canaux galactophores (amenant le lait au mamelon) de la glande mammaire. Nous n’utilisons pas ce type d’implant mammaire, sauf si la patiente désire des implants remplis de sérum physiologique. Nous réalisons alors une incision de 2 cm sous le sein.

Avec des enveloppes micro ou macro-texturées.

Ces enveloppes ont été développées dans les années 80 pour réduire le taux de coques. La texturation va provoquer une réaction inflammatoire post opératoire et va désorganiser les fibres de collagène. Leur avantage principal est donc la réduction du taux de coques de 10% avec les implants lisses à environ 3% avec les implants texturés. Cette texturation provoque une adhérence de l’implant à la capsule qui n’est cependant pas complète. Ainsi, nous ne recommandons pas l’utilisation d’implants anatomiques texturés. Il existe un risque de rotation évalué à 5% à 10 ans.
Autre désavantage, la membrane des implants texturés est plus épaisse et peut se sentir à la palpation. Nous utilisons régulièrement des implants ronds micro-texturés car ils réduisent le risque de coque et peuvent être mis en place par une incision de 3 à 4 cm, notamment grâce à l’utilisation du Keller Funnel.

Avec des enveloppes de mousse de polyuréthane.

L’utilisation de ce revêtement a été une véritable révolution dans l’augmentation mammaire. La mousse de polyuréthane agit comme une matrice 3D dans laquelle les cellules responsables de la formation des coques, les fibroblastes, vont se s’encapsuler, désorganisant ainsi les fibres de collagène. Ainsi le taux de coque lors d’une première augmentation mammaire esthétique par ces implants est inférieur à 5%. De plus, les fibroblastes intègrent littéralement la mousse, emprisonnant l’implant (processus semblable à l’ostéo-intégration des implants dentaires en titane). Ceci explique qu’AUCUNE rotation d’implant anatomique recouvert de mousse de polyuréthane n’a jamais été décrite. Les inconvénients de ces implants sont leur prix (2 fois plus cher qu’un implant classique), l’épaisseur de leur paroi qui est souvent palpable, notamment à leur bord inférieur, et la difficulté de leur pose. En effet, il est souvent nécessaire de réaliser une incision d’au moins 5 cm et leur positionnement est très difficile (les implants accrochent au tissus).

Moules prothèses mammaires Les prothèses mammaires ont une enveloppe qui est définie par des moules spécifiques. Il définit la forme générale de l’implant (rond ou anatomique), leur projection et donc leur volume.
Nous utilisons ces implants dans plus de 60 % de nos cas d’augmentation mammaire.

Les différents types de formes d’implants mammaires

Les rondes

Ces implants mammaires sont les plus utilisés dans le monde. Leur avantage principal réside dans le fait que leur forme ne change pas, même en cas de rotation de l’implant. Cependant, des implants ronds de haut profil avec une base plate peuvent se retourner dans le sens antéro-postérieur. Les implants ronds donnent généralement beaucoup de projection dans la partie supérieure du sein ce qui favorise le décolleté. L’aspect général du sein augmenté prend alors une forme de pomme (photo implant rond) que certaines patientes ne trouvent pas assez « naturel ».

Un des problèmes de ces implants est la visibilité éventuelle de leur bord supérieur en cas de pose de la prothèse devant le muscle rendant ainsi nécessaire une pose derrière le muscle plus douloureuse si le volume choisi est supérieur à 300 cc. Nous utilisons ce type d’implant dans 40 % de nos cas, notamment si la patiente a déjà une poitrine bien formée et si elle souhaite obtenir un décolleté plus généreux.

Les anatomiques

Les prothèses mammaires anatomiques ont une portion inférieure située sous l’aréole plus projetée que leur portion supérieure située au dessus de l’aréole. Leur forme générale mime donc un donc un sein naturel (photo SL OPTICON). L’aspect général du sein augmenté prend alors une forme de poire avec un rendu très naturel. Le bord supérieur est aussi moins visible ce qui permet des augmentations mammaires devant le muscle même pour des volume supérieurs à 300 cc.

L’inconvénient majeur des implants mammaires anatomiques texturés ou microtexturés est leur risque de rotation dans environ 5% des cas. Une telle rotation nécessite le plus souvent une réintervention et nous n’utilisons pas ce type d’implant. Le problème a été résolu par les prothèses mammaires anatomiques recouvertes de mousse de polyuréthane. En 2 mois, l’implant est intégré par le corps et ne peut plus tourner.
Nous utilisons ce type d’implant dans plus de 60% de nos cas.

 

Conseils

A la suite du scandale PIP, les patientes, à juste titre, sont très impliquées dans le choix de leur implant mammaire et se renseignent de façon extensive, notamment sur Internet avant de consulter leur chirurgien. Il faut savoir faire confiance au chirurgien qui grâce à son expérience personnelle, et aux études publiées dans les journaux scientifiques, peut vous proposer l’implant le plus adapté à votre cas et le plus sûr.

Notre plan de traitement habituel est le suivant:

Si vous avez déjà une poitrine formée et que vous souhaitez augmenter votre volume de façon modérée afin d’avoir plus de décolleté nous vous conseillons un implant rempli de gel de silicone rond texturé moyenne ou haute projection entre 250 et 350 cc mis en place par une courte incision de 3 à 4 cm sous le sein ou dans l’aisselle. Nous utilisons alors des Implants Mentor Siltex Cohesive 2, Polytech Sublime Line ou Silimed. Si votre poitrine n’est pas formée, notamment avec un sillon mal défini, nous vous conseillons une prothèse remplie de gel de silicone anatomique recouverte de mousse de polyuréthane haute projection entre 275 et 350 cc mis en place par l’aréole ou par une cicatrice sous le sein. Nous utilisons majoritairement des implants Polytech dans ces cas. Nous adaptons bien sur ce plan traitement aux particularités de la patiente et à ses souhaits, notamment en terme de cicatrices.

Plus d’infos sur les prothèses mammaires