Le chirurgien plasticien est un acteur majeur de la prise en charge des cancers de la peau.
Sa connaissance de l’anatomie et l’esthétique du visage et du corps permet de répondre aux 2 impératifs de cette chirurgie :
– retirer la tumeur en totalité
– obtenir un résultat laissant le moins de séquelles esthétiques possibles.

Principes

Le type de la tumeur sera défini par votre dermatologue qui établira un diagnostic en fonction de l’examen clinique et d’une biopsie.
On distingue plusieurs types de tumeurs cutanées :
– les tumeurs bénignes qui incluent, les naevi (grains de beauté), histiocytofibromes, hamartomes,…
– les tumeurs malignes : carcinome basocellulaire, carcinome épidermoïde, mélanome malin
Leur exérèse chirurgicale répond à des règles définies par l’institut national du cancer.
Une réunion de concertation multidisciplinaire est obligatoire avant de traiter certaines tumeurs (carcinome épidermoïde et mélanome malin notamment).
Nous travaillons en relation avec le comité de l’hôpital Henri Mondor de Créteil et celui de la Clinique de la Muette à Paris.
Afin d’aboutir à une cicatrice aussi discrète que possible, plusieurs techniques chirurgicales sont disponibles afin de remplacer la zone de peau qui a été retirée avec la tumeur:
– la cicatrisation dirigée : il s’agit de laisser agir les phénomènes de cicatrisation naturelle du corps. C’est une excellente méthode pour les petites lésions du nez et du front
– la suture directe en respectant les lignes naturelles du visage
– une greffe de peau : de la peau est découpée dans une zone ayant la même texture et couleur que la peau retirée avec la tumeur, puis est disposée en nourrice sur l’ancien site tumoral.
– un lambeau local : la peau adjacente à la zone retirée est déplacée vers celle-ci en respectant les unités esthétiques du visage
– un lambeau régional : par exemple, une partie  du front est basculée vers le nez pour le reconstruire
– un lambeau libre : un zone de peau (par exemple l’avant bras) est prélévé avec son artère et sa veine et est rebranchée sous microscope à proximité de l’ancien site tumoral. Cette technique s’adresse aux tumeurs très évoluées, notamment celles qui envahissent l’os.

En Pratique

Une consultation pré-opératoire avec un dermatologue est quasi systématique.
Votre dossier est présenté à une réunion de concertation multidisciplinaire si nécessaire.
La majorité des interventions se pratique au bloc opératoire sous anesthésie locale associée à une sédation (neurolepanalgésie), au cours d’une courte hospitalisation de 3 à 5 heures (chirurgie ambulatoire).
Toutefois, dans certains cas, une courte hospitalisation d’une nuit peut être préférable.
Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. L’arrêt du tabac est vivement recommandé au moins un mois avant et un mois après l’intervention (le tabac peut être à l’origine d’un retard de cicatrisation).
Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

La cicatrisation définitive est le plus souvent obtenue entre 10 et 15 jours après l’intervention et permet l’ablation des fils de suture.

L’analyse de la pièce opératoire sera contrôlée par votre chirurgien qui vous orientera vers votre dermatologue pour organiser le suivi et éventuellement des traitements post-opératoires (rayons).

Le résultat esthétique final ne sera jugé qu’au minimum 6 mois après l’intervention.