Conseils et précautions à prendre avant l’opération

Pour une augmentation mammaire, l’arrêt du tabac est demandé au moins durant les 3 semaines prédédant l’opération et les 3 semaines qui la suivent. Durant les 10 jours qui précèdent l’intervention, il est interdit de prendre tous médicaments qui contiennent de l’acide acétylsalicylique ou Aspirine. Cela s’applique aussi aux anti-inflammatoires qui en sont dérivés comme le Surgam, Voltarène… Il faudra préciser la prise de contraceptifs oraux et d’ anticoagulants. Si vous avez attrapé une grippe ou une angine au cours des 2 semaines avant le jour de l’opération, il faudra en parler à votre chirurgien plasticien.

Il est préférable de s’épiler les aisselles à la cire 7 jours avant l’intervention quelque soient la localisation des cicatrices. Avant d’aller à la clinique, préparez votre sac. N’oubliez pas d’y mettre les médicaments que vous prenez régulièrement, votre nécessaire pour toilettes et un soutien-gorge adapté aux futurs implants. Pour ne pas toucher la poitrine, prenez uniquement des vêtements qui s’ouvrent par l’avant (chemise par exemple).

Hospitalisation et anesthésie

Dans la plupart des cas, une augmentation mammaire se fait sous anesthésie générale. Dans des situations exceptionnelles, on pourra opter pour une anesthésie locale. Elle sera renforcée par des tranquillisants introduits par perfusion intraveineuse (neurolepanalgésie).

L’hospitalisation varie de une journée (chirurgie ambulatoire) à une journée et une nuit en fonction de la technique choisie.

L’intervention chirurgicale

Techniques d’introduction des implants mammaires

Pour une augmentation mammaire par prothèse, l’intervention du chirurgien plasticien dure entre 1 h et 2 h. L’emplacement des incisions qui serviront à introduire les implants dans le tissu mammaire varie en fonction de l’objectif fixé par le plasticien et de la possibilité de les dissimuler. On distingue 4 emplacements possibles:

1. La voie hémi-aréolaire inférieure : les implants mammaires sont introduits par une incision située au bord inférieur de l’aréole, sur la ligne de contact entre la peau claire et  la peau pigmentée du sein (demi-cercle ouvert vers le haut).

2. La voie trans-aréolaire : Elle est surtout utilisée pour introduire un implant mammaire remplissable avec du sérum physiologique. Un nouveau dispositif médical (Keller Funnel) permet d’introduire des implants en silicone de moins de 250 cc par cette incision. L’incision suit le diamètre horizontal de l’aréole et contourne les mamelons par le bas.

3. La voie axillaire : Les prothèses mammaires sont introduites à partir de cicatrices faites au fond de l’aisselle. Elle nécessite l’utilisation d’un endoscope afin de contrôler le geste opératoire et de diminuer le risque de saignement. Nous effectuons plus de 40 % de nos cas par cette incision.

4. La voie sous mammaire : Ici, l’incision est faite dans le pli sous le sein.  Nous n’utilisons cette incision que lorsque le sein est ptosé avec un sillon en bonne position (moins de 10 % de nos cas)

Cicatrices possibles lors d’une augmentation mammaire

Positionnement des implants mammaires

Il existe  3 emplacements possible :

– La position derrière la glande mammaire et en avant du muscle grand pectoral :

C’est la méthode la moins douloureuse car le muscle n’est pas touché. Cette méthode est indiqué chez les patiente présentant déjà un certain volume mamaire. DAns le cas des petites poitrine, nous deconseillons cet emplacement car l’implant sera plus visible dans la portion supérieure du sein, surtout s’il est rond et de gros volume.

Implant mammaire derrière la glande

– la position rétro-fasciale: l’implant est disposé sous l’enveloppe du muscle pectoral (ou fascia antérieur). Ceci permet de mieux cacher le bord supérieur de l’implant, tout en préservant le muscle. C’est notre technique préférée chez les patientes avec une épaisseur de graisse normale sur la poitrine

implant mammaire situé sous le fascia

– La position en arrière de la glande mammaire et du muscle  grand pectoral : l’implant est disposé sous le muscle pectoral qui est libéré de ses attaches sternales (technique Dual-Plane). Ceci permet de cacher parfaitement le bord supérieur de l’implant. Nous réservons cette technique aux patientes très minces avec une faible épaisseur de graisse car elle est plus douloureuse.

Implant mammaire rétro-musculaire Dual plane

Les suites de l’opération

Douleurs, Œdèmes et ecchymoses

Quelques douleurs sont ressenties durant la semaine qui suit l’opération. Elles peuvent être importantes quand les implants sont volumineux ou quand ils sont logés derrière les muscles pectoraux. Nous avons tout un protocole médicamenteux permettant de traiter au mieux cette douleur.

Après l’intervention, les gonflent car il se gorge d’oedème, et peuvent rarement présenter des ecchymoses (peau avec une couleur bleu foncé). Ces signes disparaissent rapidement.

Soins et précautions à prendre

Les pansements se font tous les jours après l’application d’un désinfectant. Les fils des sutures sont le plus souvent résorbables. Pour aider vos seins à s’adapter à leur nouvelle forme, vous devrez mettre un soutien-gorge spécial qui maintiendra les implants en place. Vous devrez le porter d’une manière ininterrompue (jour et nuit) durant 4 semaines.

Durant la période de convalescence, toute activité sportive vous sera interdite. Il en est de même pour la manipulation d’objets lourds. Il faudra aussi éviter le sommeil à plat ventre. Le retour au travail pourra être envisagé entre 3 et 7 jours après l’intervention. Les résultats de votre augmentation mammaire ne pourront être évalués qu’après 3 mois.