Tarifs

Nous pratiquons des prix allant de 3500 € à 6000 € pour une augmentation mammaire par prothèse. Pour l’augmentation mammaire par injection de graisse (lipofilling mammaire) le prix d’une séance est d’environ 5500 €. Le tarif qui figure sur le devis signé par la patiente et le praticien est global. Il inclue les honoraires du chirurgien plasticien, ceux de l’anesthésiste réanimateur, les frais de la clinique, le prix des implants et les contrôles postopératoires. Les frais d’un retour à la salle d’opération, pour changer les implants requièrent une facturation supplémentaire. Voici quelques tarifs donnés à titre indicatif :

– Ensuite, les tarifs diffèrent selon le positionnement des implants et la voie choisie pour leur insertion. Comptez, par exemple, 800 € supplémentaires pour la voie axillaire endoscopique. L’utilisation d’implants anatomiques polyuréthane entraine un surcoût de 500 € par rapport à des prothèses silicone rondes.

Nous offrons des possibilités de financement grâce à un organisme de crédit rattaché à votre carte bleue. Après acceptation de votre dossier un paiement en quatre fois sans frais sur les honoraires chirurgicaux peut être organisé.

Augmentation mammaire et sécurité sociale

Les frais de la chirurgie esthétique ne sont pas couverts par la sécurité sociale.  Seuls les actes de chirurgie réparatrice peuvent être pris en charge.

Cela concerne le traitement des grandes asymétries mammaires, l’absence totale de développement mammaire et des malformations congénitales comme les seins tubéreux et le syndrome de Poland. Cette prise en charge est soumise à un examen médical OBLIGATOIRE par le médecin conseil de la sécurité sociale, qui est effectué après une demande d’entente préalable qui vous est remise par votre chirurgien plasticien.

Suite au scandale des prothèses mammaires PIP, le gouvernement Français a décidé en 2011, la prise en charge de l’ablation de toutes les prothèses PIP, quelle que soit le motif d’origine de leur implantation. Leur remplacement éventuel n’est en revanche pris en charge que si la pose initiale était remboursée par l’assurance maladie.