Une transfusion de sang est nécessaire dans environ 5% des cas de body lift.
La complication la plus redoutée est la phlébite (formation d’un caillot de sang dans les jambes) avec une possibilité d’embolie pulmonaire (migration de ce caillot dans le poumon). Sa fréquence est fortement réduite par un lever précoce, l’utilisation de bas anti-thrombose et de piqures d’héparine.
Un hématome peut aussi apparaître sur le site opératoire et nécessiter une reprise au bloc opératoire.
Enfin, la complication la plus fréquente est un épanchement de lymphe post-opératoire. Quand il est de grande abondance, une ponction peut être nécessaire. Par ailleurs, il peut provoquer une infection.