Il faut noter que les premiers jours, il peut exister quelques irrégularités temporaires dues à la répartition inhomogène de l’œdème, ou un aspect d’hypercorrection (en relief ) qui va progressivement disparaître.

Un certain nombre de réactions peuvent être également observées :

– Réactions locales post-injections : œdème, rougeur, pâleur, irrégularités, sensibilité, démangeaisons, ecchymoses. Ces réactions ne sont toutefois que temporaires.

– Poussée d’herpès labial : chez les sujets prédisposés.

– Réaction inflammatoire aiguë ou chronique : possible après injection secondaire dans une zone ayant déjà été injectée avec d’autres produits, en particulier non résorbables.

Il faut néanmoins se méfier des injections de comblement (y compris d’acide hyaluronique résorbable) dans le creux des cernes.
En effet, le produit peut diffuser dans la graisse de l’orbite qui est une zone anatomique très sensible à l’inflammation.
Des cas d’inflammation péri-oculaire chronique et difficilement traitable ont été décrits.
Je ne pratique jamais de telles injections et préfère un traitement chirurgical par voie conjonctivale sans cicatrices

– Granulomes : bien que rares, c’est la complication la plus « classique ». Il s’agit de petits nodules indurés, plus ou moins sensibles, perceptibles au toucher, parfois visibles et inesthétiques. Ils correspondent à une réaction inflammatoire localisée pouvant évoluer par poussées. Ils peuvent apparaître quelques jours à quelques semaines après l’injection. Ces granulomes sont en fait extrêmement rares avec les produits résorbables. Il sont, de plus, spontanément régressifs en quelques semaines.
Néanmoins, s’il s’avère gênant, une injection d’enzyme hyaluronidase est possible pour dissoudre l’acide hyaluronique injecté.