Un mamelon invaginé est une affection fréquente apparemment bénigne mais qui a un retentissent fonctionnel ou psychologique très important.
Des traitements médicaux sont disponibles mais assez contraignants. Un traitement chirurgical simple permet de résoudre efficacement ce problème.

Principes de la cure de mamelon invaginé

Un mamelon invaginé se définit par le retournement du mamelon dans l’aréole, en profondeur. Cet état peut être réversible ou permanent. Cette affection disgracieuse, peut être douloureuse et empêcher l’allaitement. L’absence de mamelon peut avoir un impact important sur l’image corporelle et la vie sexuelle.
Ses causes sont multiples. On cite l’hypertrophie des fibres musculaires lisses de l’aréole ainsi que la rétraction des cloisons fibreuses qui entourent les galactophores (canaux amenant le lait au mamelon).
Un traitement médical par aspiration est disponible. Le système Philips Niplette® permet de favoriser en douceur l’éversion des mamelons, notamment au moment de l’allaitement.
Cependant l’arrêt de son utilisation entraine souvent des récidives.
La chirurgie est donc indiquée en cas d’échec du traitement médical notamment si aucun allaitement n’est envisagé par la suite.
Il existe 2 grands types de techniques chirurgicales :
– Une technique sans lambeau : le mamelon est désinvaginé, puis incisé en son centre. Les travées fibreuses sont incisées de chaque coté, puis la glande est ré-adossée afin de soutenir le mamelon. Il s’agit d’une technique simple, sans cicatrices mais qui présente un risque de récidive de 10%. L’allaitement est impossible après cette chirurgie.
– Une technique avec lambeaux. 2 triangles d’aréole sont levés de part et d’autre du mamelon. Leur peau est retirée puis ils sont enfouis dans le mamelon afin de le stabiliser. Il est possible d’envisager un allaitement avec cette technique. Les récidives sont très rares. L’inconvénient réside dans la présence de deux cicatrices et la possible déformation de l’aréole.

En pratique

L’intervention peut se réaliser sous anesthésie locale avec sédation (neuroleptanalgésie). Elle se pratique en chirurgie ambulatoire. Une consultation pré-anesthésique est nécessaire au minimum 48 h avant l’intervention.
Aucun arrêt de travail n’est nécessaire. L’activité sportive doit être suspendue pour une durée de 15 jours.
Un arrêt total du tabac est impératif au mois 1 semaine avant et 15 jours après l’intervention.