Injection-graisse

L’injection de graisse purifiée est une technique ancienne remise au gout du jour il y a une dizaine d’année qui a révolutionné la reconstruction mammaire et l’esthétique du visage.
Son utilisation dans l’augmentation mammaire se développe fortement mais nécessite une équipe médicale spécialisée dans cette technique. Elle offre donc une alternative à l’augmentation mammaire par prothèse.

Principes

Du tissu graisseux est prélevé au cours d’une lipoaspiration. Celle-ci peut se faire de façon traditionnelle avec un aspirateur médical ou alors de façon plus précise à la seringue.
La graisse recueillie est alors traitée afin d’éliminer le sang, le liquide d’infiltration et les tissu graisseux altéré formant de l’huile.
Nous utilisons 2 méthodes de traitement du tissu graisseux :
– la centrifugation selon la technique décrite par Coleman. Cette technique est adaptée à des transferts graisseux de petit volume, notamment pour l’esthétique du visage
– le filtre Puregraft® de Cytori. La graisse est injectée dans un sac comportant une membrane de filtration. Cette technique permet de traiter d’important volume de graisse et nous l’utilisons dans les augmentations mammaires ou de fesses.

Le tissu graisseux est alors injecté dans le site receveur au moyen de canules très fines. Il s’agit d’une véritable greffe de tissu graisseux. On parle de greffe adipocytaire.
Comme toutes les greffes, qui sont des transferts de tissus n’ayant leur propre apport sanguin, une partie variable de graisse ne va pas survivre. Le corps va donc progressivement réabsorber le tissu graisseux non viable. Ceci explique la perte de volume variant de 20 à 30% dans les 2 mois qui suivent l’intervention.
Cependant, une fois la greffe prise, la graisse se comporte comme un tissu vivant et n’est pas réabsorbée à long terme.

Les indications de cette technique en chirurgie du sein sont nombreuses :
– Augmentation mammaire à visée esthétique. Elle permet d’obtenir une augmentation d’un bonnet (équivalent à une prothèse de 200 cc) en une à deux séances.
– Correction d’une visibilité excessive d’un implant mammaire silicone
– Correction des malformations mammaires, notamment dans le traitement des asymétries mammaires, des seins tubéreux et du syndrome de Poland.
– Correction des séquelles d’un traitement conservateur (tumorectomie puis rayons) d’un cancer du sein : un délai de 5 ans après la maladie initiale doit être respecté.
– Apport de volume après la mise en place d’un lambeau de grand dorsal sans prothèse silicone.

En pratique

Cette chirurgie se pratique au bloc opératoire le plus souvent sous anesthésie générale. Des injections de graisse de petit volume peuvent s’envisager sous anesthésie locale plus sédation (neurolepanalgésie).
Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
L’intervention peut se pratiquer en « ambulatoire », c’est-a-dire avec sortie le jour même après quelques heures de surveillance. Toutefois, dans certains cas, une courte hospitalisation d’une nuit peut être préférable.
Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention. L’arrêt du tabac est vivement recommandé au moins un mois avant et un mois après l’intervention (le tabac peut être à l’origine d’une moins bonne prise de la greffe de tissu graisseux).
Lors de transfert graisseux de grand volume, une gaine de contention doit être portée en permanence pendant 1 mois ainsi que des bas de contention dans la semaine qui suit l’intervention.

Questions-réponses

Quelles sont les complications d’une injection de graisse purifiée ?

Elles sont très rares. Il s’agit principalement d’une infection de la graisse injectée liée à une nécrose excessive du tissu. Elle arrive dans moins de 2% des cas. Son traitement peut être médical ou chirurgical.
On peut observer des kystes de réabsorption de la graisse (kyste de cytosteatonécrose) qui peuvent être palpables s’ils sont situés sous la peau.

L’aspect radiologique du tissu graisseux injecté dans les seins doit être contrôlé 3 mois après l’intervention. On pratique alors une mammographie numérisée et une imagerie par résonance magnétique. Ce bilan servira de référence dans le dépistage ultérieur d’un éventuel cancer du sein.

Par ailleurs, le prélèvement de graisse présente les mêmes complications que la la liposuccion (phlébites, asymétries, vagues…).

Il est nécessaire de rappeler que la greffe de graisse purifiée a pris, c’est à dire à 1 mois, le volume et le résultat esthétique reste stable dans le temps, contrairement aux injections d’acide hyaluronique qui disparait dans un délai variant de 4 à 18 mois.

Pour résumer, l’injection de graisse est une chirurgie fiable avec très peu de complications qui nécessite souvent d’être répétée deux à trois fois afin d’obtenir le résultat souhaité.

Combien coûte une injection de graisse purifiée ?

L’intervention est prise en charge par l’assurance maladie dans le cadre de la reconstruction mammaire du traitement des malformations du sein.
Nous pratiquons des dépassements d’honoraires allant de 1000 à 2000 € selon le volume de graisse injectée.
Pour une augmentation mammaire esthétique, chaque séance est facturée 3500 €. Une à deux séances sont nécessaires afin d’obtenir une augmentation d’un bonnet.

Laisser un commentaire

Annuler la réponse