La gynécomastie correspond à un développement anormal de la glande mammaire chez l’homme. Il s’agit d’une affection fréquente dont la chirurgie est simple et efficace.

Principes de la cure de gynécomastie masculine

La gynécomastie est le plus souvent liée à une augmentation inhabituelle du rapport entre des hormones femelles (œstrogènes) et les hormones mâles (testostérone) chez un homme.
Ceci peut être lié à une baisse du niveau de testostérone ou une augmentation du taux d’œstrogène.
Il existe de multiples causes à ce phénomène qui peut être réversible.
On cite :
– des maladies endocrinologiques : hyperthyroidie, maladie d’addison..
– des maladies du foie, notamment la cirrhose alcoolique
– des tumeurs des testicules ou du poumon ou de l’hypophyse (prolactinome)
– une prise de médicaments, de produits dopants ou de cannabis
– une surcharge graisseuse

Ainsi, avant tout traitement chirurgical d’une gynécomastie un bilan clinique, biologique et radiologique doit être effectué à la recherche d’une cause éventuellement accessible à un traitement médical.

Il existe 3 grands types de gynécomastie :
– La gynécomastie glandulaire : elle correspond à un excès pur de tissu mammaire.
– La gynécomastie graisseuse (ou adipomastie) : elle correspond un excédent graisseux pur sans tissu glandulaire excessif. Elle est souvent associée à une surcharge graisseuse diffuse
– La gynécomastie mixte qui représente la majorité des cas

La gynécomastie graisseuse se traite par liposuccion exclusive. Des canules sont passées par des incisions de moins de 4 mm (en général 2) et aspirent la graisse en excédent.

La gynécomastie glandulaire pure se traite par une ablation chirurgicale de la glande mammaire par une incision dissimulée dans l’aréole (incision trans-aréolaire sous mamelonnaire).

Le traitement chirurgical de la gynécomastie mixte associe une liposuccion de toute l’aire mammaire et une ablation de la glande mammaire résiduelle par une par une incision dissimulée dans l’aréole.

Dans de rares cas, des cicatrices supplémentaires sont nécessaires :
– une cicatrice périaréolaoire si le diamètre de l’aréole est trop important (technique round-block)
– une cicatrice en t ou horizontale de mastectomie si le volume du sein est si important qu’il en a provoqué sa ptôse.

En Pratique

La chirurgie d’une gynécomastie se déroule habituellement sous anesthésie générale mais peut s’envisager sous anesthésie locale plus sédation (neuroleptanalgésie) dans les cas simples.
Un vêtement de compression spécifique (Roméo de Medical Z) doit être porté dans les 15 jours qui suivent l’intervention.
Elle nécessite le plus souvent une hospitalisation de jour (chirurgie ambulatoire).
Un médecin anesthésiste doit être consulté au plus tard 48 heures avant l’intervention.
Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
Un vêtement de compression spécifique (Roméo de Medical Z) doit être porté dans les 15 jours qui suivent l’intervention.